11. janv., 2017

Myriam Laabidi présente: Représentations scolaires et culture hip-hop expériences et trajectoires

 

Cette thèse doctorale effectuée par Myriam Laabidi PhD porte sur les enjeux et particularités socio-éducatives et socio-professionnelles qui concernent certains hip-hopeurs québécois. À travers ce travail monumental et studieux, Mme Laadidi analyse en spécificité ces enjeux. Voici un résumé dans les mots de Myriam Laabidi concernant ce travail universitaire de longue haleine qui selon plusieurs chercheurs et érudits a contribué à l'avancement intellectuel de la culture Hip-Hop québécoise: 

Résumé de REPRESENTATIONS SCOLAIRES ET CULTURE HIP-HOP Expériences et trajectoires selon Myriam Laabidi 

Peu importe la forme qu'elles empruntent, les cultures jeunes sont, depuis plusieurs décennies, au cœur du processus de socialisation des jeunes. Elles sont présentes dans toutes les sphères qui sont à l'origine de leurs expériences, et l'école ne fait pas exception. Nombreux sont les spécialistes qui s'attardent sur la pertinence de prendre en compte l'univers culturel des jeunes au sein de l'institution scolaire; pour eux, il s'agirait d'un ensemble de savoirs exploitables en situation d'apprentissage. Dans ce contexte, nous avons choisi de nous pencher sur une culture jeune en particulier, le mouvement hip-hop. Cette recherche a pour principal objectif de comprendre les trajectoires et les expériences sociales et scolaires des jeunes hip-hopers. En effet, nous avons tenté de déterminer s'il existe un lien entre l'appartenance à cette culture et les représentations qu'ont les jeunes de l'école. L'expérience hip-hop et l'expérience scolaire se sont-elles rencontrées? Pour répondre à cette question, nous avons eu recours aux considérations théoriques de la sociologie de l'expérience et de l'interactionnisme symbolique (Dubet, 1994; Mead, 1963; Goffman, 1974; Lahire, 2001). Nous nous sommes fondés sur 28 entretiens semi-dirigés de hip-hopers qui représentaient les trois disciplines artistiques qui composent cette culture. L'organisation de l'analyse de contenu thématique a mis en valeur un ensemble complexe de représentations qui a révélé des attentes personnelles et collectives à l'égard de la société et de l'école. Nos résultats révèlent que l'expérience hip-hop est présente dans la façon de considérer l'école. Si elle n'encourage pas la persévérance scolaire au postsecondaire, elle n'entraîne pas pour autant le décrochage au secondaire. Il apparait clairement qu'il y a un transfert de connaissances entre ces deux mondes d'expériences : le hip-hop est utilisé en situation d'apprentissage et l'école offre de l'information permettant d'en peaufiner l'expression. Partant de là, pouvons-nous envisager l'intégration des pratiques culturelles jeunes dans d'autres espaces de socialisation?

Lien complémentaire à la thèse intégrale: 

file:///C:/Users/b10143735/Downloads/29119%20(1).pdf